Homélie du dimanche 26 juin 2022

Classé dans : Non classé | 0

Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous parle d’appels et de réponses. Nous savons bien ce que ces mots veulent dire et nous en avons tous l’expérience… celle d’appeler ou d’être appelé… celle de répondre, de ne pas répondre… ou de répondre de travers. Nous connaissons aussi l’écart qui peut exister entre un appel reçu et la réponse donnée, que ce soit en famille, au travail, dans la société ou dans le monde. Les textes que nous avons entendus à l’instant nous en donnent quelques exemples. En les lisant, les collégiens et les lycéens qui préparaient cette célébration ont remarqué que les appels aussi bien que les réponses étaient parsemées de la conjonction : « mais » – M.A.I.S. – qui fait apparaître la difficulté de compréhension entre l’appelant et l’appelé, entre l’appel et la réponse.

Dans la première lecture, nous découvrons le prophète Elie qui a reçu une mission : celle d’appeler Elisée comme prophète. Il le cherche et il le trouve en train de labourer. Il lui jette son manteau. C’est le signe de l’appel ! Elisée comprend ce signe. Il accepte de suivre Elie… MAIS à condition de pouvoir d’abord dire au revoir à ses parents. MAIS, à son tour, Elie refuse : Va-t’en ! Fais comme si je ne t’avais pas appelé… Elisée s’en retourne au champ. MAIS finalement, l’appel l’a complètement retourné. Il change d’avis. Il se débarrasse de ce qui le retenait encore : les parents, les bœufs, l’attelage. Il donne tout. Il n’a plus rien. MAIS il est libre pour répondre à l’appel. Le texte nous dit : « Il se leva, partit à la suite d’Elie et se mit à son service ».
C’est à la veille des vacances scolaires et à la fin de l’année de travail que Dieu nous interpelle avec cette parole. MAIS visiblement, Dieu ne prend pas de vacances. Il n’attend pas les nôtres non plus puisque c’est maintenant que ses appels nous invitent à discerner, à nous mettre en route et à nous engager… D’ailleurs, ce temps de repos est sans doute le moment idéal pour écouter et réfléchir. C’est l’heure des choix à faire et des décisions à prendre pour la prochaine rentrée.

De son côté, Paul écrit aux Galates pour remettre un peu d’ordre dans la communauté locale. Pour lui, le Christ nous appelle à la liberté… MAIS pas à une liberté égoïste qui consiste à faire seulement ce qui nous plaît. Une liberté qui nous oriente vers l‘essentiel : l’amour du prochain. MAIS… pas non plus à n’importe quel amour… un amour de service, un amour qui nous met au service les uns des autres. Un amour qui accomplit la Loi… MAIS qui ne nous soumet pas à la Loi si nous nous laissons conduire par l’Esprit.
Dans l’Evangile, nous voyons Jésus s’engager libre et déterminé sur le chemin qui le conduit à Jérusalem au risque de sa vie. Il répond à la mission que son Père lui a confiée. MAIS il se heurte aux Samaritains qui refusent de l’accueillir. Pour le soutenir, ses disciples Jacques et Jean demandent une sanction sévère. MAIS Jésus se retourne et les réprimande…
En cours de route, Jésus rencontre trois hommes. Le premier propose spontanément de le suivre sans poser ses conditions. MAIS Jésus attire son attention sur les risques à prendre : suivre Jésus peut s’avérer très inconfortable et exigeant. Le deuxième ne demande rien. MAIS, sans prendre de précautions, Jésus lui dit : Suis-moi. L’homme résiste et cherche des excuses… MAIS Jésus insiste : Toi, pars et annonce le règne de Dieu. Comme le premier, le troisième se propose spontanément MAIS en fixant ses conditions. MAIS Jésus lui fait une réponse claire qui peut paraître dure : Quiconque regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu.
Au passage, nous pouvons remarquer que nous ne connaissons pas la décision de chacun de ces hommes que Jésus a laissés libres.

Quelles conclusions pouvons-nous retenir de tous les MAIS qui ponctuent ces récits ? En voici quelques-unes. A vous ensuite d’en chercher d’autres…

  1. Il y a différentes façons de répondre aux appels de Dieu.
  2. MAIS nous sommes tous appelés personnellement à suivre Jésus…
  3. Le chemin qui conduit à la vie peut parfois se révéler étroit et sinueux
  4. MAIS le compagnonnage de Jésus nous invite à la liberté et à l’amour.
  5. Sur cette route, la marche arrière n’est pas conseillée !
  6. MAIS chacun reste libre de sa réponse…

Dans notre diocèse, le dimanche 8 mai 2022, l’évêque a ouvert une année de l’appel avec ces mots : « Une année pour que chaque baptisé s’interroge : où et comment Dieu m’appelle-t-il à servir ? Une année pour que toute notre Eglise prenne conscience que l’appel aux vocations est l’affaire de tous. » Le 30 avril dernier, il a ordonné trois diacres : Jean-Paul, Fabrice et Bruno. La semaine dernière, à la basilique Saint Donatien, il a ordonné deux prêtres : Benoît et Pierre-Emmanuel. Pour prolonger cette sensibilisation à l’appel, pendant une année, deux «Vocabox » vont circuler de famille en famille dans notre paroisse. Il s’agit d’un jeu de société avec lequel on peut jouer en famille avec les frères et sœurs, les enfants ou les petits-enfants… Alors bonnes vacances à tous, à la recherche de votre propre vocation personnelle…

Hubert Ploquin, diacre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *