Messe du dimanche des Rameaux et de la Passion

Classé dans : Non classé | 0

Dimanche 10 avril 2022
Dimanche des Rameaux et de la Passion – Année C


Rassemblement dehors sur le parvis devant l’entrée de l’église.
Proclamation de l’Evangile, puis procession pour rentrer dans l’église.

MOT D’ACCUEIL lu par le prêtre
 
Frères et sœurs, venus en nombre ce matin, soyez les bienvenus. Les rameaux que nous allons porter pour acclamer le Seigneur lui disent notre confiance et notre désir de marcher vers Pâques avec lui. En ces jours saints, nous le suivrons fidèlement, lui qui donne sa vie pour sauver tous les hommes.
Bénissons-le pour son amour.
Prière de bénédiction
Ensemble prions !
Dieu tout-puissant, daigne bénir ces rameaux que nous portons à la main. Ils manifestent notre joie d’acclamer le Christ comme notre roi. Ils expriment aussi notre foi en sa victoire sur la mort. Ils sont signes de notre espérance chrétienne et de la confiance que nous mettons en lui notre Sauveur et notre Roi, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

LECTURE ÉVANGILE (Luc 19,28-40)
En ce temps-là, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : « Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : ‘Pourquoi le détachez-vous ?’ vous répondrez : ‘Parce que le Seigneur en a besoin.’ »
Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus.
À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin. Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! »
Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! »
Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »
– Acclamons la Parole de Dieu. 

Le prêtre : Et maintenant, avançons comme les foules de Jérusalem, heureuses d’acclamer le Messie.

PROCESSION et CHANT D’OUVERTURE : Voici QUE S’OUVRENT (H96-2) D. Rimaud / D. Julien

PRIÈRE D’OUVERTURE
Dieu notre Père, nous sommes en fête aujourd’hui et nous acclamons Jésus, ton Fils bien-aimé, celui qui vient en ton nom. Accorde-nous de reconnaître, dans le récit de sa passion, avec quelle violence notre péché te rejette et avec quelle humilité tu ne cesses d’aimer les hommes. Nous célébrerons alors ta gloire par toute notre vie, maintenant et pour les siècles des siècles.

1ère LECTURE : Lecture du livre d’Isaïe (Is 50, 4-7) 
Sans introduction 
Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute. Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
– Parole du Seigneur. 

Psaume :   Psaume 21 – LE SECOURS ME VIENT DU SEIGNEUR (Renouveau) IEV 04-37
2ème LECTURE : Lecture de la deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens (Ph2, 6-11)
Sans introduction 
Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.
– Parole du Seigneur. 

ACCLAMATION  : TA PAROLE EST LA LUMIERE DE MES PAS (U11-19) Michel Scouarnec / Jo Akepsimas
https://youtu.be/78hd2Wj0mME
Verset lu 
Pour nous, le Christ est devenu obéissant, jusqu’à la mort, et la mort de la croix.
C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom.
Reprise Acclamation

ÉVANGILE selon saint Luc (Lc 23, 1-49) (lecture brève)
En ce temps-là,
L. L’assemblée tout entière se leva, et on l’emmena chez Pilate. On se mit alors à l’accuser :
F. « Nous avons trouvé cet homme en train de semer le trouble dans notre nation : il empêche de payer l’impôt à l’empereur, et il dit qu’il est le Christ, le Roi. »
L. Pilate l’interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
L. Jésus répondit :
X « C’est toi-même qui le dis. »
L. Pilate s’adressa aux grands prêtres et aux foules :
A. « Je ne trouve chez cet homme aucun motif de condamnation. »
L. Mais ils insistaient avec force :
F. « Il soulève le peuple en enseignant dans toute la Judée ; après avoir commencé en Galilée, il est venu jusqu’ici. »
L. À ces mots, Pilate demanda si l’homme était Galiléen. Apprenant qu’il relevait de l’autorité d’Hérode, il le renvoya devant ce dernier, qui se trouvait lui aussi à Jérusalem en ces jours-là.
À la vue de Jésus, Hérode éprouva une joie extrême : en effet, depuis longtemps il désirait le voir à cause de ce qu’il entendait dire de lui, et il espérait lui voir faire un miracle. Il lui posa bon nombre de questions, mais Jésus ne lui répondit rien. Les grands prêtres et les scribes étaient là, et ils l’accusaient avec véhémence. Hérode, ainsi que ses soldats, le traita avec mépris et se moqua de lui : il le revêtit d’un manteau de couleur éclatante et le renvoya à Pilate. Ce jour-là, Hérode et Pilate devinrent des amis, alors qu’auparavant il y avait de l’hostilité entre eux.

FAIS PARAITRE TON JOUR – (Y53) Didier Rimaud / J. Berthier – (Couplet 1 + Refrain)
https://youtu.be/aGlhYbxsDzc

Alors Pilate convoqua les grands prêtres, les chefs et le peuple. Il leur dit :
A. « Vous m’avez amené cet homme en l’accusant d’introduire la subversion dans le peuple. Or, j’ai moi-même instruit l’affaire devant vous et, parmi les faits dont vous l’accusez, je n’ai trouvé chez cet homme aucun motif de condamnation. D’ailleurs, Hérode non plus, puisqu’il nous l’a renvoyé. En somme, cet homme n’a rien fait qui mérite la mort. Je vais donc le relâcher après lui avoir fait donner une correction. »
L. Ils se mirent à crier tous ensemble :
F. « Mort à cet homme ! Relâche-nous Barabbas. »
L. Ce Barabbas avait été jeté en prison pour une émeute survenue dans la ville, et pour meurtre. Pilate, dans son désir de relâcher Jésus, leur adressa de nouveau la parole. Mais ils vociféraient :
F. « Crucifie-le ! Crucifie-le ! »
L. Pour la troisième fois, il leur dit :
A. « Quel mal a donc fait cet homme ? Je n’ai trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort. Je vais donc le relâcher après lui avoir fait donner une correction. »
L. Mais ils insistaient à grands cris,
réclamant qu’il soit crucifié ; et leurs cris s’amplifiaient. Alors Pilate décida de satisfaire leur requête. Il relâcha celui qu’ils réclamaient, le prisonnier condamné pour émeute et pour meurtre, et il livra Jésus à leur bon plaisir.
L. Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus. Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit :
X « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Voici venir des jours où l’on dira : ‘Heureuses les femmes stériles, celles qui n’ont pas enfanté, celles qui n’ont pas allaité !’ Alors on dira aux montagnes : ‘Tombez sur nous’, et aux collines : ‘Cachez-nous.’ Car si l’on traite ainsi l’arbre vert, que deviendra l’arbre sec ? »
L. Ils emmenaient aussi avec Jésus deux autres, des malfaiteurs, pour les exécuter.
Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), là ils crucifièrent Jésus, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait :
X « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »
L. Puis, ils partagèrent ses vêtements et les tirèrent au sort.
Le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient :
F. « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
L. Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant :
F. « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
L. Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. »
L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait :
A. « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »
L. Mais l’autre lui fit de vifs reproches :
A. « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
L. Et il disait :
A. « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. »
L. Jésus lui déclara :
X « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »
L. C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ; l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure, car le soleil s’était caché. Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri :
X « Père, entre tes mains je remets mon esprit. »
L. Et après avoir dit cela, il expira.
   (Ici on fléchit le genou et on s’arrête un instant)

FAIS PARAITRE TON JOUR – (Y53) Didier Rimaud / J. Berthier – (Couplet 3 + Refrain)
https://youtu.be/aGlhYbxsDzc

À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu :
A. « Celui-ci était réellement un homme juste. »
L. Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, observant ce qui se passait, s’en retournaient en se frappant la poitrine. Tous ses amis, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée, se tenaient plus loin pour regarder.
– Acclamons la Parole de Dieu.

HOMÉLIE

REFRAIN              ELLE EST PRES DE TOI CETTE PAROLE (Georges Goudet)
https://youtu.be/sjstEpS0MLQ

JE CROIS EN DIEU                      dit

PRIÈRE UNIVERSELLE :
Introduction par le prêtre :
Le Christ que nous acclamons en ce jour est allé jusqu’au bout de son amour pour les hommes. Adressons-lui notre prière pour tous nos frères.

Refrain : ACCUEILle AU CREUX DE TES MAINS (R 24-61) Gilbert Gafah
https://youtu.be/oHH1Gvvkf98

Souvenons-nous de tous les chrétiens qui portent en ce jour les rameaux à la main pour exprimer leur foi dans le Christ notre pasteur : que Dieu veille sur toutes les Églises et les conduise sur les chemins de l’unité. Ensemble, prions le Seigneur. R/

Ces rameaux seront portés dans les maisons : recommandons à Dieu toutes nos familles ; que les rameaux leur soient un rappel permanent de la présence constante du Christ avec nous dans toutes les circonstances de la vie. Ensemble, prions le Seigneur. R/

Confions à Dieu nos défunts et tous nos frères et sœurs dans la peine ; que les rameaux déposés sur les tombes soient pour chacun signes de résurrection et appels à l’espérance.
Ensemble, prions le Seigneur. R/

Comme le rameau d’olivier recueilli par Noé à la fin du déluge, que ces rameaux nous engagent à respecter la nature et à œuvrer pour la paix dont le monde a tant besoin.
Ensemble, prions le Seigneur. R/

Conclusion par le prêtre :
Père très saint, ton Fils Jésus nous entraîne sur la route de Pâques depuis notre baptême.
C’est une route de vie et un chemin de résurrection. Nous te bénissons.
Devant toi, Père, nous ouvrons les mains, pour recevoir de toi l’espérance et la vie.
Comble-nous de ton Esprit, qu’il ouvre nos cœurs et nos esprits à ta Parole.
Gloire à toi pour les siècles.

COLLECTE
 – OFFERTOIRE

Pendant l’offertoire, chant : Ô Seigneur, je m’abandonne à toi (R 55-28) Patrick Richard
https://youtu.be/2GLwjUoOUmY

SAINT LE SEIGNEUR SAINT LE TRÈS HAUT – Messe de l’Alliance (AL 220) Bernard/Akepsimas/Belliard
https://youtu.be/kolonK99dKA

ANAMNÈSE                  MESSE D’EMMAÜS (C53-75) Laurent Grzybowski
https://youtu.be/vvUuKwQq4s8

NOTRE PÈRE                MESSE DE LA GRÂCE (Glorious)
https://youtu.be/X7uBkTcx3Jg

AGNEAU DE DIEU        AGNEAU DE L’ALLIANCE FIDÈLE (A 240-1) D. Rimaud / J. Berthier
                                       Couplets 1 et 3
https://youtu.be/PN_o1AbHxEI

COMMUNION               Ô CROIX D’AMOUR (Les Messagères de Notre Dame)
https://youtu.be/_rzs7q9S-O4

PRIÈRE APRES LA COMMUNION
Dieu notre Père, nous avons célébré le don que tu nous fais en ton Fils et nous avons communié au pain de sa vie donnée. Nous l’acclamons comme le Seigneur de nos vies et notre cœur se fait brûlant lorsque nous écoutons le récit de sa Passion.
Nous te prions encore : nous qui allons le suivre au long de cette Semaine Sainte, donne-nous de faire de nos vies un signe de ton amour sans limite pour chaque homme, toi qui es vivant pour les siècles des siècles.

ANNONCES

BÉNÉDICTION

CHANT D’ENVOI
 :        TÉMOINS ET BÂTISSEURS (T523 / EDIT13-21) Patrick Richard – Couplet 2
https://youtu.be/zls7ftOs9Ok

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *