Homélie du dimanche de la Sainte Famille

Classé dans : Non classé | 0

Noël, Joyeux Noël ! Noël, Oui Joyeux Noël, c’est la naissance de Jésus. Une naissance toute humaine dans les conditions que nous avons entendues hier. Les conditions de vie qui resteront aussi simple dans leur vie à Nazareth qu’à Bethléem. Joseph et Marie vivent tout de l’expérience de familles pauvres du peuple de Dieu, le peuple hébreu. Mais une sainte Famille, qui peut nous aider, éclairer nos familles.

Sainte famille

Jésus Marie Joseph, Une sainte famille qui est dans une situation très concrète. On les voit ici vivre à la fois tout de la vie humaine en totale relation à Dieu. L’humanité de la sainte famille est très claire. Une famille qui vit la vie religieuse de son époque comme les autres membres de leur famille. Ils ont des parents, des cousins. Bref, rien que de très normal. Ils accueillent l’enfant Dieu Jésus nous l’évoqueront le 2 février. Aujourd’hui, disons les choses clairement, Jésus est un adolescent fugueur. Et pourtant c’est à travers cette humanité que se révèle la « sainteté » de la famille. La sainteté ne se vit pas dans les choses extraordinaires, mais il lui faut le murissement, comme Jésus grandit en sagesse et en taille. C’est-à-dire cette découverte progressive de notre humanité comme le lieu évident, vrai de la rencontre avec Dieu. Jésus est quant à lui « Fils de Dieu et être humain » (Bovon, 159). Quand on essaie de faire comprendre cette double filiation à des enfants, c’est toujours un peu compliqué…Mais, ce n’est pas moins compliqué pour Marie et Joseph. Marie essaie de comprendre à partir de ce qui lui est donné de vivre que Dieu a vraiment pris le risque d’être dépendant : dépendant d’une famille, de voisins, de compagnons de travail. Ce faisant, il en donne un projet inouï : celui du premier lieu où Dieu se manifeste comme tel. Jésus n’a pas attendu d’avoir 30 ans pour être Dieu. Mais dès sa naissance, il est Dieu, comme tel, c’est lui qui sanctifie la famille qui l’accueille.

Familles en sainteté

Nos familles, sont comme la sainte famille d’un lieu, dans des situations très concrètes. Des enfants, des ados à accompagner, dans les bonheurs et difficultés de l’apprentissage de la vie et ensuite ce sont les parents, les grands parents, les frères et soeurs. C’est dans cette pate humaine que se vit la sainteté. Nous pourrions nous dire que notre monde n’aide pas nos familles, dispersées, parfois éclatées, soumises à la pression du travail, de l’épidémie, c’est vrai, mais les problèmes ne viennent uniquement de l’extérieur. Chaque âge de notre vie, nous invite à découvrir Dieu à l’œuvre et à vivre de son Esprit dans nos relations avec nos proches les plus proches. Qu’est-ce que nous voulons vivre dans nos relations avec les plus proches : écoute, soutien, partage, accueil, accompagnement dans les moments difficiles de la vie? Ce n’est pas pour oublier les autres, mais pour commencer là où nous sommes nés, où il nous faut accepter d’être dépendants des autres, qui est un appui pour commencer à apprendre à la vraie liberté : libres pour aimer l’autre en vérité. La famille n’est pas là pour enfermer mais pour aider à grandir, à partir, à voler de ses propres ailes et à continuer à vivre dans la confiance. Viens Seigneur Jésus, toi l’enfant de Bethléem, nous donner la lumière de Dieu pour nous guider sur nos chemins de vie. Que ton Esprit nous aide à diffuser ces lumières de ta paix, de ta justice, de ta vérité pour notre monde : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime ! » Joyeuses fêtes de Noël !

Michel Leroy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *