Homélie du 29 août 2021

Classé dans : Non classé | 0

Bien chers frères et sœurs,

       C’est avec joie que je vous rejoins en ce dimanche après un mois d’absence pour partager la parole et vivre l’Eucharistie. A Dieu qui nous apprend par sa parole comment lui être agréable dans le quotidien, soient la gloire et l’honneur pour sa présence au cœur de nos existences.

        Nous vous avons proposé la première lecture tirée du livre du deutéronome, qui situe la loi du Seigneur comme source de vie pour Israël. Cette loi donnée à Israël n’est pas à réciter par cœur, mais à mettre en pratique au quotidien pour refléter la grandeur de Dieu et de vivre heureux sur la terre. Cette loi fait la particularité du peuple de Dieu et vise une proximité sans égale entre Dieu et son peuple.

        Au fils du temps cette loi s’est alourdie de préceptes et d’interprétations multiples de sortes à devenir un poids pour Israël dans sa vie de tous les jours.

     C’est dans ce contexte que Jésus nous ramène à l’essentiel dans l’évangile de ce dimanche. Pharisiens et scribes s’acharnent sur Jésus parce que ses disciples mangent sans avoir fait le rite des ablutions, inscrit dans la tradition. Jésus saisit l’opportunité pour parler de la pureté selon Dieu qui n’a rien d’extérieur. C’est du dedans du cœur de l’homme que sortent les pensées perverses : Ce qui rend l’homme impur aux yeux de Dieu, ce n’est pas ce qu’il mange ou boit mais c’est   ce qui sort de son cœur. La religion est avant tout une question de cœur et non de rite.

     Notre agir doit rendre compte de notre espérance. Pour ne pas honorer Dieu des lèvres seulement, il nous revient de circoncire notre cœur comme le disent les prophètes. Cela reviendrait à travailler à éliminer les pensées perverses telles que citées par Jésus :  inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, fraudes, débauches, envie, diffamation, orgueil, et démesure. Ces pensées ont plusieurs expressions dans le quotidien de nos vies. A chacun de savoir quoi bannir de son existence pour mieux refléter l’image de son Dieu.

       Le baptême nous engage dans ce combat qui est de toujours à toujours, un perpétuel recommencement. Les parents de TOM, EMMA ET MIA, vont faire la renonciation à Satan.  C’est un engagement à mettre leurs enfants sur la voie de la loi du Seigneur qui est vie et rend sage.  Accompagnons- les et restons pour ces enfants des chemins pour aller à Dieu, des frères, des sœurs. En cela, nous donnerons un sens à la loi du Seigneur, une vie d’Amour et de fraternité. Amen.

                                                                      Jean-Marie OUEDRAOGO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *