Homélie du dimanche 11 avril 2021

Classé dans : Non classé | 0

« La paix soit avec vous ! »
Voilà la première parole du Ressuscité à ses disciples, « le soir venu, en ce premier jour de la semaine ». La vieille salutation juive « Shalom » prend dans la bouche de Jésus une signification toute nouvelle. Ses disciples se terrent dans un lieu dont « les portes étaient verrouillées par crainte des Juifs ». Sans doute ne mesurons nous pas assez l’expérience traumatisante vécue par les disciples, et l’état dans lequel ils se trouvent, après la mort de Jésus. Pour eux, tout s’est écroulé. Ils se cachent, ils sont enfermés dans la peur de connaître le même sort que lui. Mais plus que tout, avec le Maître à qui ils avaient fait confiance et qu’ils avaient suivi pendant trois ans, ils ont perdu tout ce qui donnait sens à leur vie. Ce sont des hommes découragés, détruits, à terre.
Voilà pourquoi le premier geste de Jésus, relevé du tombeau, est de relever ceux qui avaient mis leur foi en lui. « La paix soit avec vous ! » Il reprend la même formule après leur avoir montré ses mains et son côté. Et Jean note au passage : « Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur ».
La paix donnée permet la rencontre avec le Ressuscité, d’où peut jaillir la joie.
Puis la scène s’achève par une première Pentecôte : « Il souffla sur eux et il leur dit : Recevez l’Esprit Saint ». Le geste même du Dieu Créateur au récit de la Genèse. C’est bien à une nouvelle création que nous assistons ici. Comme Dieu a donné à Adam le souffle de la vie, Jésus inaugure la création nouvelle en donnant l’Esprit à ses disciples. Au soir du premier jour de la semaine, la création toute entière est renouvelée à travers le groupe des disciples, l’embryon de la future Eglise.
La paix donnée permet l’accueil de l’Esprit, qui fait toutes choses nouvelles.
« La paix soit avec vous ! » La même formule revient huit jours plus tard. Les disciples sont toujours enfermés, mais cette fois-ci, Thomas est avec eux. Et quand il a touché la marque des plaies du ressuscité, il peut enfin à son tour accueillir la paix et proclamer sa foi : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
La paix donnée ouvre le cœur du disciple, qui permet l’acte de foi.
« La paix soit avec vous ! » Rappelons-nous le soir du Jeudi Saint, après le Lavement des pieds, dans la grande prière qui suit le dernier repas : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ». Les paroles mêmes que nous reprenons à chaque messe, après le Notre Père, avant la communion. Et nous reprenons quelquefois, ensuite ce chant, avant la fraction du pain : « La paix, oui la paix, c’est le don de Jésus… »
Car nous aussi, comme les disciples, nous avons grand besoin d’accueillir la paix du Christ ressuscité…
Quand notre cœur est lourd, quand nos pensées se troublent, quand nos chemins hésitent, quand notre foi s’endoute, quand notre espérance vacille, quand notre amour se décourage, quand notre vie s’endeuille…
En nous donnant sa paix, Jésus vient nous relever, comme il le fait pour les disciples au soir du premier jour de la semaine, comme il le fait pour Thomas au soir du huitième jour.
Sachons l’accueillir et la partager. Avançons-nous ensuite vers son corps et son sang offerts dans l’Eucharistie. « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Et comme les disciples à nouveau, ne restons pas enfermés dans nos églises ou dans nos maisons, mais partons annoncer par notre vie Jésus Ressuscité sur les chemins de notre monde. « Alors, dit Jésus, alors mon don sera connu ».
La paix donnée à accueillir, la paix donnée à porter, à partager.
« Allez dans la paix du Christ ! »
Ce sont les derniers mots de la messe : Jésus nous renvoie vers nos frères, nourris de son Corps, fortifiés par son Esprit, emplis de sa paix.
Autant d’outils indispensables pour vivre le partage et la fraternité, à la manière des membres de la première communauté, à Jérusalem. C’est la première lecture, extraite des Actes des Apôtres. Yerushalaïm, en Hébreu : la demeure de la paix…
Autant d’armes pour mener le bon combat, celui de l’annonce du Dieu d’amour, en témoignant comme les premiers chrétiens d’abord par notre style de vie, par notre amour fraternel. « Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements », dit St Jean dans la 2e lecture… un beau condensé de l’acte de foi en Jésus, « le Fils de Dieu vainqueur du monde ».
La même foi que nous allons proclamer ensemble, dans quelques instants.
« La paix soit avec vous ! »
Proclamons que le Seigneur est bon : merci pour la paix que tu nous donnes !
Nous en avons tellement besoin !
Oui, éternel est ton amour !
Que le dise la maison d’Israël : éternel est ton amour !
Oui, allons porter la paix du Ressuscité autour de nous : notre monde en a tellement besoin !
Alleluia ! Alleluia ! Alleluia !

Loïc LAINE, diacre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *