Les Fèves de Biakoa

Classé dans : Non classé | 0

Les jeudis de Carême des paroisses de Sautron et d’Orvault

« Les Fèves de Biakoa » est une association de solidarité qui aide un village de brousse de 4000 habitants au Cameroun, au nord de Yaoundé dans la province « Centre ».
L’association a été créée en 2016 par une Orvaltaise, à la suite d’un séjour au Cameroun, en 2016, lié à une mission de soutien technique à une « Association pour la promotion de l’éducation et du développement social » (APEDS), située à Yaoundé.

Lors de son séjour, elle a eu l’occasion de découvrir ce village, de rencontrer et discuter avec le Chef du village, les directeurs des écoles maternelles, primaires, collège et du centre de soins, les membres de l’Association des femmes veuves. Cela lui a permis de s’apercevoir que l’eau et l’éducation étaient les problèmes cruciaux et récurrents pour les responsables du village.

En 2017, elle y est retournée pour établir les besoins de financement sur 3 projets :

  • Le premier concernait un meilleur accès à l’éducation. A Biakoa, comme dans toutes les écoles camerounaises, les droits de scolarité sont gratuits mais tout le reste est payant : achats des fournitures scolaires, manuels, rémunération des instituteurs lorsqu’ils sont insuffisants. Ce sont les parents d’élèves qui financent tout. Le poids des dépenses d’éducation est énorme et freine l’accès à l’éducation, surtout pour les familles les plus démunies, nombreuses en brousse. En relation avec l’APEE (Association des Parents d’Elèves et des Enseignants) de l’école primaire de Biakoa, « Les Fèves de Biaoka » ont décidé d’évaluer le coût d’achat des livres scolaires pour l’école afin qu’ils puissent être prêtés aux enfants d’une année sur l’autre. Ainsi tous les élèves pourraient avoir les manuels selon le programme officiel d’enseignement au Cameroun, en contre-partie d’une petite cotisation des familles afin de les responsabiliser. Ce projet s’est avéré très coûteux pour la petite et nouvelle association (5 600 € pour environ 360 enfants).
  • Le deuxième était d’essayer de répondre aux besoins d’alimentation en eau potable en finançant le curage d’un puits artésien existant, jamais entretenu faute de moyens et l’achat d’une pompe (1 500 €)
  • Le troisième, plus accessible financièrement était de soutenir l’Association locale des femmes veuves dans leur projet d’élevage de porcs et de culture du manioc. Au Cameroun, le poids des traditions et de la coutume est encore très prégnant concernant la succession des femmes veuves. En effet, au décès de leur mari, les femmes sont souvent chassées de leur maison par leur belle-famille. Elles ne gardent que leurs enfants, leurs biens retournent vers la famille de leur mari défunt. A Biakoa, les femmes veuves se sont regroupées au sein d’une association en 2008 pour s’entraider, mais comme ailleurs, les moyens manquent. Lors de leur rencontre, en 2017, nous avons discuté pour construire un projet avec elles : l’idée, un élevage de porcs !

Les bonnes intentions ne suffisent pas, ensuite il faut pouvoir les honorer. « Les Fèves de Biakoa » avaient établi de nombreux échanges avec les responsables du village et ils Seulement, trouver des financements, des activités, ici en France n’est pas chose facile, il y a tant d’associations, et les gens se disent sollicité de partout.

Nous souhaiterions soutenir les premières actions citées ci-dessus grâce aux dons, aux éventuelles subventions, aux engagements de nouveaux bénévoles. En effet, Les Fèves de Biakoa ont presque réussi leur engagement vis-à-vis de l’élevage de porcs qui commence à produire et le champ de manioc est également en bonne voie pour une production en juin 2021.

Si vous souhaitez nous aider, vous pouvez vous rendre sur notre page Internet pour y faire un don, et nous retrouver également sur notre page Facebook.

Contact :
Les Fèves de Biakoa
Présidente : Sylvie Paven
25 rue Barthlodi
44700 Orvault
• E-mail : lesfevesdebiakoa@gmail.com
• Facebook : https://fr-fr.facebook.com/lesfevesdebiakoa/
• Site : www.fevesdebiakoa.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *