Vivre le pardon – Avent 2020 –

Classé dans : Non classé | 0

            L’Avent nous fait prendre conscience que Dieu désire toujours se faire proche de nous. À Noël nous célébrons sa venue chez les hommes en son Fils, Jésus.

Sommes-nous prêts pour la rencontre ? L’attendons-nous vraiment ?

            Aujourd’hui, il nous offre une fois de plus sa miséricorde, pour libérer nos cœurs de ce qui les entrave et nous rendre plus disponibles à sa venue.

Évangile : Matthieu 25, 1-13.

Alors, le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure.

            C’est à la lumière de la Parole de Dieu que nous prenons conscience de nos écarts, de nos faux-pas, de nos négligences, de tout ce que nous ne voulons pas voir. Restons vigilants, l’Avent est un temps favorable pour veiller et préparer nos cœurs à la rencontre de celui qui vient.

L’Avent, c’est aussi un temps pour me retourner vers moi et faire le point en vérité. Je prends le temps de faire une relecture de ma vie :

L ‘Avent nous prépare à Noël .

  • Quelle est mon attitude vis à vis de la Parole ? Est-ce que je l’accueille avec foi ? Est-ce que je vais à sa rencontre pour la lire ou l’écouter, pour mieux la comprendre ?
  • Suis-je au contraire la proie du doute, de la négligence, de l’indifférence ?
  • Que devient, au quotidien, la grâce de mon baptême ? Est-elle régulièrement ravivée par l’accueil du pardon, nourrie par l’eucharistie, vécue en Église, fortifiée par le service du frère, vivifiée dans la souci de préserver la terre ?

L’Avent nous prépare à rencontrer le Seigneur.

  • Le Seigneur vient, le Seigneur reviendra. Pour tenir éveillé, ai-je toujours de l’huile pour ma lampe : huile de la prière, huile de l’espérance, huile du don de soi, huile de l’humilité ?
  • La vigilance doit aussi s’exercer vis-à-vis de ce qui me détourne parfois du chemin du Seigneur. De quelle(s) dépendance(s) ai-je à me défaire : argent, alcool, tabac, sexe, écrans, autres addictions vécues dans l’excès ?
  • Pour accueillir celui qui vient, pour accueillir Jésus à Noël et, en son nom, accueillir les autres avec amour, quelle démarche  puis-je entamer cette année (me réconcilier avec eux, les inviter ou leur rendre visite, prendre de leurs nouvelles, agir pour préserver leur santé…) ?

L’Avent nous invite, avec Dieu, à regarder le monde.

  • Le « péché » est aussi collectif, il concerne toute l’humanité. Quel est mon engagement pour la paix, au sein de ma famille, sur mon lieu de travail, dans mon quartier, dans ma commune, dans ma paroisse ? Quel est mon soutien aux associations engagées pour la paix dans le monde ?
  • Dans le monde mais aussi dans mon pays, des personnes et parfois même populations entières souffrent de malnutrition, souvent à cause d’un mauvais partage des ressources naturelles. Quels sont mes efforts pour un meilleur partage des richesses, pour plus de solidarité, pour aider les hommes et sauvegarder notre maison commune ?
  • Baptisé, je suis appelés à revêtir le vêtement de noces. Suis-je témoin de la joie de l’Évangile là où je vis ? Est-ce que je prends part à la mission de toute l’Église pour les hommes et pour le monde ? Est-ce que je me tiens assez éveillé pour transmettre le message de l’Évangile autour de moi ?

L’Avent c’est un temps pour accueillir une Parole. Je me déplace pour demander le pardon :

            Sûr de la miséricorde du Seigneur, je me reconnais pécheur et sauvé par sa tendresse. Je m’avance pour recevoir son pardon.

            Ainsi, régénéré par la tendresse du Seigneur, je suis prêt à vivre en enfant de lumière, à être témoin de son amour, à devenir un porteur de paix.

Je vais rencontrer un prêtre.

Le schéma « pratique » de confession est le suivant :

  • Le pénitent dit : « Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché ». Le prêtre béni alors le fidèle et l’invite à entrer dans la confiance pour cette confession.
  • Le pénitent peut dire depuis combien de temps il ne s’est pas confessé et présenter brièvement son état de vie.
  • Puis vient le temps de l’aveu des péchés reconnu à la lumière de l’amour infini de Dieu. Je reconnais avec simplicité mon péché, sans me justifier. Je partage simplement ce qui m’a concerné dans la préparation que je viens de faire. J’examine mes manquements…
    • envers Dieu
    • envers mon prochain
    • envers moi-même
  • « De tous ces péchés, j’en demande pardon à Dieu, et à vous mon père pénitence et absolution ».
  • Ensuite le prêtre, témoin de la miséricorde, relève, encourage, fortifie dans la foi celui qui reconnaît ses fautes avec contrition.
    • Il peut éventuellement essayer d’aider le pénitent par telle ou telle parole de conseil et de consolation,
    • Il peut proposer une pénitence, qui sera le plus souvent une prière ou une méditation d’un passage de l’Évangile ou un signe concret de conversion. La pénitence est une manière de vérifier notre désir de vie nouvelle et de rendre grâce à Dieu en toute chose.
    • Il invite à formuler un acte de contrition,
    • Le pénitent la dit de tout son cœur :

« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous avoir offensé parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce de ne plus vous offenser et de faire pénitence ».

  • Il prononce la formule d’absolution,
    • Il invite à repartir dans la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *