Messe du Dimanche 15 novembre 2020

Classé dans : Non classé | 0

CHANT D’ENTREE : Écoute la voix du Seigneur A 548 (couplets 3 et 5)

          3. Écoute la voix du Seigneur,          

          prête l’oreille de ton cœur.                    .

          Tu entendras crier les pauves,              Refrain : Toi qui aimes la vie,

          tu entendras gémir le monde.                Ô toi qui veux le bonheur

                                                                     Réponds en fidèle ouvrier

          5. Écoute la voix du Seigneur,               De sa très douce volonté.

          prête l’oreille de ton cœur.                    Réponds en fidèle ouvrier

          Qui que tu sois, fais-toi violence,           de l’Évangile et de sa paix.

          Qui que tu sois, rejoins ton frère.          

MOT D’ACCUEIL :

Kyrie : Messe celtique

Dieu part en voyage et nous laisse le soin de faire vivre sa création tout en faisant fructifier nos talents. Il nous fait confiance pour  faire grandir les dons que l’on a reçus. Qu’en avons-nous fait ? Ont-ils servi au bien commun ? Les a-t-on utilisés à des fins personnelles ? Avons-nous négligé cette part que nous avons reçue ?

Seigneur nous te demandons pardon pour toutes les fois où nous n’avons pas eu le courage d’utiliser nos talents pour le bien de tous.

Seigneur guéris-nous de notre suffisance ou de notre indifférence.

GLOIRE A DIEU : Messe celtique

PRIERE D’OUVERTURE :

Accorde-nous, Seigneur, de trouver notre joie dans notre fidélité :

car c’est un bonheur durable et profond de servir constamment le créateur de tout bien.

Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit,

maintenant et pour les siècles des siècles. AMEN.

Introduction de l’animateur :

1ère LECTURE : lecture du livre des proverbes (Pr31, 10-13. 19-20. 30-31)

Une femme parfaite, qui la trouvera ? Elle est précieuse plus que les perles ! Son mari peut lui faire confiance : il ne manquera pas de ressources. Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine, tous les jours de sa vie. Elle sait choisir la laine et le lin, et ses mains travaillent volontiers. Elle tend la main vers la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau. Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux. Le charme est trompeur et la beauté s’évanouit ; seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange. Célébrez-la pour les fruits de son travail : et qu’aux portes de la ville, ses œuvres disent sa louange ! – Parole du Seigneur.

PSAUME :    Psaume 127 (128) 1-2, 3, 4-5 (Wackenheim)

                    Heureux celui qui craint le Seigneur et marche selon ses voies.

                    Heureux qui craint le Seigneur

                    et marche selon ses voies !

                    Tu te nourriras du travail de tes mains :

                    Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

                    Ta femme sera dans ta maison

                    comme une vigne généreuse,

                    et tes fils, autour de la table,

                    comme des plants d’olivier.

                    Voilà comment sera béni

                    l’homme qui craint le Seigneur.

                    De Sion, que le Seigneur te bénisse !

                    Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.

2ème LECTURE : lecture de la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens (1 Th 5, 1-6)

Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur, vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre. Vous savez très bien que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! quelle tranquillité ! », c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper. Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres. Alors, ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres. – Parole du Seigneur.

Alléluia : Messe celtique

Animateur :           Demeurez en moi, comme moi en vous, dit le Seigneur ;

                              celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruits.

Reprise : Messe celtique

EVANGILE : (Mt 25, 14-30)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’ Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’ Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’ Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ » – Acclamons la Parole de Dieu.

HOMELIE :

 

CREDO :  Symbole des apôtres.

PRIERE UNIVERSELLE : Messe celtique

Introduction par le célébrant :

Lecteurs :

Refrain :      Père écoute nos prières, entends nos voix monter vers toi.

                    Père envoie-nous ton Esprit pour nous guider dans notre vie.

Lecteur : Seigneur, nous te prions pour les pauvres à qui cette journée est consacrée, et aussi pour tous ceux qui oeuvrent à leur venir en aide, à titre personnel ou au sein de services comme le Secours catholique et tous les autres mouvements d’entraide fraternelle. Mets en action ton Esprit d’Amour pour qu’à ton retour tu puisses constater que chaque jour la pauvreté recule dans notre monde.

Silence :

Lecteur : Seigneur, nous te prions pour les enseignants et les éducateurs qui consacrent leur vie à éveiller les consciences des jeunes et comprendre le monde en prenant le recul nécessaire pour discerner les informations utiles pour leur vie. Aide- les à trouver les mots justes pour que les jeunes deviennent comme le disait Lord Baden Powell « des citoyens heureux, utiles, actifs et artisans de paix ». Envoie-leur ton Esprit de sagesse afin qu’à ton retour tu les trouves confiants et résolus dans leur mission éducative.

Silence :

Lecteur : Seigneur, ce dimanche trois enfants de notre paroisse devaient recevoir le baptême. Ne les oublie pas pendant ces jours d’attente. Profite aussi Seigneur de ce temps de désert pour raviver en nous la mission reçue lors de notre propre baptême de faire fructifier nos talents. Envoie-nous ton Esprit d’audace pour qu’à ton retour tu nous trouves toujours en tenue de service.

Silence :

Lecteur :  Seigneur, à l’image du monde et de l’Église notre paroisse vit au rythme de l’évolution de cette pandémie qui nous préoccupe tant. Soutiens notre envie de tenir debout et d’agir auprès de ceux qui de près ou de loin ont besoin de nous. Ne nous laisse pas entrer dans la tentation du repli sur soi et de la peur qui nous paralyse. Envoie-nous ton Esprit de force pour qu’à ton retour tu nous trouves disponibles aux autres et au monde.

Refrain :      Père écoute nos prières, entends nos voix monter vers toi.

                    Père envoie-nous ton Esprit pour nous guider dans notre vie.

Conclusion par le célébrant :

          Seigneur, tu combles de tes dons ceux qui t’accordent leur confiance.

          Écoute les prières que nous t’adressons et accueille-les dans ta bienveillance,

          par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen.

OFFERTOIRE :     

PRIERE SUR LES OFFRANDES :

          Permets, Seigneur notre Dieu,

          que l’offrande placée sous ton regard

          nous obtienne la grâce de vivre pour toi

          et nous donne l’éternité bienheureuse.

          Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

PRIERE EUCHARISTIQUE :

SANCTUS : Messe celtique

ANAMNESE : Messe celtique

NOTRE PERE : Messe celtique

GESTE DE PAIX :

AGNEAU DE DIEU : Messe celtique

COMMUNION : L’homme qui prit le pain

Nous proposons une modification des paroles et de remplacer « c’est à nous de prendre sa place » par « c’est à nous de suivre ses traces ». Qui sommes-nous pour vouloir prendre la place du Christ ? Il nous invite à le suivre, à vivre en disciple, de nous mettre en route pour vivre à son exemple, commençons déjà par ça.

  1. L’homme qui prit le pain n’est plus devant nos yeux

pour saisir en ses mains le don de Dieu.

Refrain :  C’est à nous de suivre ses traces aujourd’hui

pour que rien de lui ne s’efface.

  1. L’homme qui prit le vin n’est plus devant nos yeux

pour donner en festin l’amour de Dieu.

Refrain :  C’est à nous de suivre ses traces aujourd’hui

pour que rien de lui ne s’efface.

  1. L’homme qui prit la mort n’est plus devant nos yeux

pour offrir en son corps le monde à Dieu.

Refrain :  C’est à nous de suivre ses traces aujourd’hui

pour que rien de lui ne s’efface.

  1. L’homme qui prit tombeau n’est plus devant nos yeux

pour prouver à nouveau la vie de Dieu.

Refrain :  C’est à nous de suivre ses traces aujourd’hui

pour que rien de lui ne s’efface.

PRIERE APRES LA COMMUNION :

          Nous venons de communier, Seigneur,

          au don sacré du corps et du sang de ton Fils,

          et nous te prions humblement :

          Que cette eucharistie offerte en mémoire de lui,

          comme il nous a dit de le faire,

          augmente en nous la charité.

          Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

ANNONCES

BÉNÉDICTION FINALE :

Et que Dieu tout puissant vous bénisse…

CHANT D’ENVOI : Tenons en éveil (couplets 1 et 4)

1. Notre Dieu fait toujours ce qui est bon pour l’homme.

Alléluia, bénissons-le !

Il engendre le corps des enfants de sa grâce.

Alléluia, bénissons-le !

          Pour lui rendre l’amour dont il aime ce monde,

          tenons en éveil la mémoire du Seigneur ;

          gardons au cœur le souvenir de ses merveilles.

          4. Notre Dieu nous choisit pour sa Bonne Nouvelle.

Alléluia, bénissons-le !

Il suscite partout des énergies nouvelles.

Alléluia, bénissons-le !

          Pour lui rendre la vie qu’il nous donne à mains pleines,

          tenons en éveil la mémoire du Seigneur ;

          gardons au cœur le souvenir de ses merveilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *