Chapelet à Bongarant tous les dimanches d’octobre à 16 heures

Classé dans : Non classé | 0

Comment prier le chapelet ?

On commence par le Signe de Croix : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen. »

Puis, on redit notre foi avec la prière du Je Crois en Dieu.

Sur le premier grain, on dit le Notre Père puis sur les trois grains suivants : trois Je vous salue Marie et le Gloire au Père, hommage d’amour et d’adoration à la Trinité.

Puis on médite avec Marie un événement de la vie du Christ (appelés mystères, ils évoquent des moments de grande joie, de souffrance ou de gloire de la vie du Christ), en récitant :
un Notre Père,
dix Je vous salue Marie suivi du
le Gloire au Père qui termine chaque dizaine.

On répète cette série 5 fois en suivant les grains sur le chapelet.

Les mystères joyeux : médités le lundi et le samedi

L’Annonciation (se rendre disponible),

La Visitation (aller vers son prochain),
La Nativité (se laisser habiter par le Christ),
La Présentation (donner le meilleur de soi),
Le recouvrement de Jésus au temple (rechercher Jésus en toute chose).

Les mystères douloureux : médités le mardi et le vendredi


L’agonie au Jardin des Oliviers (redire son Fiat au Père),
La flagellation (avoir confiance en Dieu),
Le couronnement d’épines (rester humble),
Le portement de croix (prendre sa croix de tous les jours),
la crucifixion et la mort de Jésus sur la croix (brûler d’amour pour Dieu).

Les mystères glorieux : médités le mercredi et le dimanche


la Résurrection (vivre en homme nouveau),
l’Ascension (aspirer aux choses d’en haut),
la Pentecôte (se laisser guider par l’Esprit),
l’Assomption (demander la grâce d’une bonne mort),
le Couronnement de la Vierge Marie (se confier à la Vierge Marie).

Les mystères lumineux : médités le jeudi


le Baptême du Christ dans le Jourdain (raviver en nous la grâce de notre baptême)
le miracle de Cana (vivre dans l’amour de l’Église)
L’annonce du Royaume (se préparer à la conversion)
La Transfiguration (demander la grâce d’une vie intérieure)
L’Institution de l’Eucharistie (la foi en la présence réelle)

Source : L’Église catholique à Paris              

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *