Homélie du dimanche 16 août 2020

Classé dans : Non classé | 0

HOMELIE DU PERE JEAN PROVOST – DIMANCHE 16 AOUT 2020

  « Femme, ta Foi est grande, que tout se passe comme tu le veux ! ».

Au-delà de la guérison de la fille de cette étrangère, il nous faut penser que Jésus, en cette femme, voit celle qui lui dit quelque chose de sa Mission Universelle et également de la nôtre. Frères et sœurs, cherchons à comprendre.

Jésus a quitté son pays pour quelques heures et il se trouve en plein territoire païen-la région du Sud Liban : Tyr et Sidon. Après avoir été rudement contesté à Génésareth, là pense-t-il trouver un peu de repos, de tranquillité pour continuer sa mission d’annoncer la Bonne Nouvelle : Dieu vous aime. Au passage, prions pour le Liban traversant sa plus grande crise de son histoire et au lendemain du 15 Août, prions Marie, la Bien Aimée de ce pays. Jésus se trouve donc dans ce territoire païen : les Juifs ne parlant pas aux gens de cette contrée. Vous avez entendu comment ils sont appelés : ils les méprisent.        

Alors, que fait Jésus devant la demande de cette femme cananéenne qui lui demande la guérison de son enfant ? Va-t-il fait la sourde oreille ? Il sait qu’il est regardé, observé, surveillé par ses accusateurs, ses frères juifs. Jésus d’abord se tait dit l’Evangile (merveilleuse attitude pour dépassionner un débat, un conflit). Puis, probablement, regardant ses accusateurs, avec une certaine tristesse et plein de compassion, il déclare :  » Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël !  »          

 « Mais, femme, ta Foi est grande …que tout se passe comme tu veux ! » et l’enfant est guéri.

Que vient-il de se passer ? dans cet épisode et pour l’histoire du monde ? En quelques mots se trouve résumé l’Evangile : tout être humain est aimé de Dieu… quel qu’il soit …et d’où qu’il soit….  Personne n’est disqualifié pour le Royaume de Dieu. A la table de Dieu, il y a du pain pour tout le monde. Dieu ne fait pas de différence entre les hommes. La leçon, mes amis, est sans appel. Dieu aime tout le monde et veut le bonheur de chacun et de tous. C’est dans la logique, la continuité de la première page de la Bible : Dieu a créé l’homme et la femme à son image et à sa ressemblance. Jésus a accueilli cette femme telle qu’elle était avec toute son histoire, avec ses cris et ses angoisses, avec ses espoirs, l’espoir que cela pourrait aller mieux pour son enfant et elle-même. Jésus a accueilli le meilleur de son existence :sa démarche courageuse, sa Foi vraie, sans détour et son cœur pour le dire. Quelle merveilleuse leçon d’accueil nous est donnée par Jésus-Christ ! Jésus fait tomber la frontière que les hommes avaient dressée entre Juifs et païens

Accueillir l’autre, ce sera toujours lui donner du temps pour l’entendre parler, ce sera toujours l’écouter avant de parler à sa place, ce sera toujours voir la présence de Dieu en toute personne humaine. La rencontre de Jésus et de la Cananéenne rappelle à l’Eglise sa mission : l’universalité de sa mission. Aller à la rencontre des hommes et femmes de ce temps peut nous conduire à quitter les rives rassurantes de nos habitudes pour se retrouver sur des terres étrangères, inconnues, y vivre l’Evangile. Dieu est Amour. Oui, aujourd’hui, au cœur de cette Eucharistie, le Christ nous fixe rendez-vous. Que la fraternité l’emporte sur l’indifférence, que la méfiance devienne confiance. Désormais s’ouvre l’avenir pour « Tisser les liens de l’Invisible et Briser les Murs de l’Impossible  » 

Père Jean Provost      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *