Fête du Saint Sacrement – Dimanche 14 juin 2020

Classé dans : Non classé | 0

CHANT D’ENTREE :   Dieu nous a tous appelés (couplets1 et 2 )

MOT D’ACCUEIL :

SALUTATION LITURGIQUE :

Frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, appelée autrefois Fête Dieu. Cette fête nous invite à l’action de grâce pour ce don merveilleux que Dieu nous fait de sa vie et de son amour. D’eucharistie en eucharistie, nous sommes appelés à devenir toujours davantage ce que nous recevons : le Corps du Christ tout donné pour le bien de ses frères.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous…

PRIERE PENITENTIELLE :  Appelés à ne former qu’un seul corps, demandons au Christ son pardon pour tout ce qui, en nous ou entre nous, fait obstacle à cette unité.

Chant : Kyrie, Christe (messe du Peuple de Dieu)

GLOIRE A DIEU:  Messe du Peuple de Dieu                                             

PRIERE D’OUVERTURE :

Seigneur Jésus Christ,
dans cet admirable sacrement,
tu nous as laissé le mémorial de ta passion ;

donne-nous de vénérer d’un si grand amour
le mystère de ton corps et de ton sang,
que nous puissions recueillir sans cesse
le fruit de ta rédemption.

Toi qui règnes avec le Père et le Saint Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

PREMIÈRE LECTURE

« Dieu t’a donné cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue » (Dt 8, 2-3.14b-16a)

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple d’Israël :
    « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite
pendant quarante années dans le désert ;
le Seigneur ton Dieu te l’a imposée
pour te faire passer par la pauvreté ;
il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur :
allais-tu garder ses commandements, oui ou non ?
    Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim,
et il t’a donné à manger la manne
– cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue –
pour que tu saches que l’homme
ne vit pas seulement de pain,
mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur.
    N’oublie pas le Seigneur ton Dieu
qui t’a fait sortir du pays d’Égypte,
de la maison d’esclavage.
    C’est lui qui t’a fait traverser ce désert,
vaste et terrifiant,
pays des serpents brûlants et des scorpions,
pays de la sécheresse et de la soif.
C’est lui qui, pour toi, a fait jaillir l’eau
de la roche la plus dure.
    C’est lui qui, dans le désert, t’a donné la manne
– cette nourriture inconnue de tes pères. »

PSAUME

(Ps 147 (147 B), 12-13, 14-15, 19-20)

R/ Glorifie le Seigneur, Jérusalem ! (Ps 147, 12a)

Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !
Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants.

Il fait régner la paix à tes frontières,
et d’un pain de froment te rassasie.
Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.

Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
nul autre n’a connu ses volontés.

DEUXIÈME LECTURE

« Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps » (1 Co 10, 16-17)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
    la coupe de bénédiction que nous bénissons,
n’est-elle pas communion au sang du Christ ?
Le pain que nous rompons,
n’est-il pas communion au corps du Christ ?
    Puisqu’il y a un seul pain,
la multitude que nous sommes est un seul corps,
car nous avons tous part à un seul pain.

SÉQUENCE

Cette séquence (ad libitum) peut être dite intégralement ou sous une forme abrégée à partir de : « Le voici, le pain des anges ».

Sion, célèbre ton Sauveur,
chante ton chef et ton pasteur
     par des hymnes et des chants.

Tant que tu peux, tu dois oser,
car il dépasse tes louanges,
     tu ne peux trop le louer.

Le Pain vivant, le Pain de vie,
il est aujourd’hui proposé
     comme objet de tes louanges.

Au repas sacré de la Cène,
il est bien vrai qu’il fut donné
     au groupe des douze frères.

Louons-le à voix pleine et forte,
que soit joyeuse et rayonnante
     l’allégresse de nos cœurs !

C’est en effet la journée solennelle
où nous fêtons de ce banquet divin
     la première institution.

À ce banquet du nouveau Roi,
la Pâque de la Loi nouvelle
     met fin à la Pâque ancienne.

L’ordre ancien le cède au nouveau,
la réalité chasse l’ombre,
     et la lumière, la nuit.

Ce que fit le Christ à la Cène,
il ordonna qu’en sa mémoire
     nous le fassions après lui.

Instruits par son précepte saint,
nous consacrons le pain, le vin,
     en victime de salut.

C’est un dogme pour les chrétiens
que le pain se change en son corps,
     que le vin devient son sang.

Ce qu’on ne peut comprendre et voir,
notre foi ose l’affirmer,
     hors des lois de la nature.

L’une et l’autre de ces espèces,
qui ne sont que de purs signes,
     voilent un réel divin.

Sa chair nourrit, son sang abreuve,
mais le Christ tout entier demeure
     sous chacune des espèces.

On le reçoit sans le briser,
le rompre ni le diviser ;
     il est reçu tout entier.

Qu’un seul ou mille communient,
il se donne à l’un comme aux autres,
     il nourrit sans disparaître.

Bons et mauvais le consomment,
mais pour un sort bien différent,
     pour la vie ou pour la mort.

Mort des pécheurs, vie pour les justes ;
vois : ils prennent pareillement ;
     quel résultat différent !

Si l’on divise les espèces,
n’hésite pas, mais souviens-toi
qu’il est présent dans un fragment
     aussi bien que dans le tout.

Le signe seul est partagé,
le Christ n’est en rien divisé,
ni sa taille ni son état
     n’ont en rien diminué.

* Le voici, le pain des anges,
il est le pain de l’homme en route,
le vrai pain des enfants de Dieu,
     qu’on ne peut jeter aux chiens.

D’avance il fut annoncé
par Isaac en sacrifice,
par l’agneau pascal immolé,
     par la manne de nos pères.

Ô bon Pasteur, notre vrai pain,
ô Jésus, aie pitié de nous,
nourris-nous et protège-nous,
fais-nous voir les biens éternels
     dans la terre des vivants.

Toi qui sais tout et qui peux tout,
toi qui sur terre nous nourris,
conduis-nous au banquet du ciel
et donne-nous ton héritage,
     en compagnie de tes saints.
Amen.

ÉVANGILE

« Ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson » (Jn 6, 51-58)

Alléluia. Alléluia.
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel,
dit le Seigneur ;
si quelqu’un mange de ce pain,
il vivra éternellement.
Alléluia. (Jn 6, 51.58)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    En ce temps-là,
Jésus disait aux foules des Juifs :
    « Moi, je suis le pain vivant,
qui est descendu du ciel :
si quelqu’un mange de ce pain,
il vivra éternellement.
Le pain que je donnerai, c’est ma chair,
donnée pour la vie du monde. »
    Les Juifs se querellaient entre eux :
« Comment celui-là
peut-il nous donner sa chair à manger ? »
    Jésus leur dit alors :
« Amen, amen, je vous le dis :
si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme,
et si vous ne buvez pas son sang,
vous n’avez pas la vie en vous.
    Celui qui mange ma chair et boit mon sang
a la vie éternelle ;
et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
    En effet, ma chair est la vraie nourriture,
et mon sang est la vraie boisson.
    Celui qui mange ma chair et boit mon sang
demeure en moi,
et moi, je demeure en lui.
    De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé,
et que moi je vis par le Père,
de même celui qui me mange,
lui aussi vivra par moi.
    Tel est le pain qui est descendu du ciel :
il n’est pas comme celui que les pères ont mangé.
Eux, ils sont morts ;
celui qui mange ce pain
vivra éternellement. »

HOMELIE

CREDO  :  symbole des Apôtres

PRIERE UNIVERSELLE – introduction par le célébrant : Depuis le temps de Moïse jusqu’au Christ, Dieu s’est manifesté comme un Père nourricier pour son peuple.
Encouragés par sa générosité, portons devant lui nos demandes confiantes.

         Refrain : Toi qui es l’amour,  entends notre prière

                        toi qui es l’amour,  exauce-nous Seigneur  (Bless the Lord)

1.« Il y a un seul pain, un seul corps », nous dit l’Apôtre Paul;
Seigneur, nous te prions pourles Églises chrétiennes qui continuent à souffrir de leurs divisions,
que ton Esprit d’Unité les aide à trouver des chemins de communion.

2.L’absence d’eucharistie pendant le confinement a pu nous rapprocher des communautés qui en sont régulièrement privées.

Seigneur, nous confions notre Église à ton Esprit Saint, qu’elle recherche résolument toutes les possibilités de te rendre présent particulièrement auprès des plus pauvres et des plus éloignés.

3.Tant d’hommes ont faim de pain, de vérité, de communion et de vie, mais tant d’autres se complaisent dans l’abondance, jusqu’au gaspillage.

Seigneur, nous te prions pour que se lèvent des hommes et des femmes ayant le courage et la force de rétablir la justice dans le partage de la nourriture.

4. Comme le peuple de jadis dans le désert, il nous arrive de subir l’échec et les contraintes.
Seigneur, nous te prions de ne pas nous laisser tenter de nous retourner contre Toi
et nous demandons ton soutien dans les épreuves.

CONCLUSION :

Dieu notre Père, nous te bénissons pour la nourriture de vie éternelle
que tu nous offres à la table de ton Fils, et nous te prions encore pour ton Église :
qu’elle prenne ses dispositions pour accomplir dans toutes nos assemblées
la mission confiée par ton Fils, rompre le Pain de Vie pour tous ses membres.

Gloire à toi pour les siècles. Amen.

COLLECTE –  OFFERTOIRE :

Prière sur les offrandes :

Accorde, Seigneur, à ton Église les biens de l’unité et de la paix, dont nos offrandes sont le signe dans le mystère eucharistique. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

PREFACE :

Comment te dire notre gratitude et notre louange à toi, notre Créateur et notre Père?

C’est toi qui donnes la vie à tout être, qui fais pousser le blé et nourris tous les vivants.

Par ton Fils, tu as rassasié les foules et tu nous invites à prendre soin de nos frères.

Par ton Fils, pain de la vie, tu nous donnes la nourriture en abondance et tu prépares le banquet du Royaume.

Avec ceux qui espèrent, avec les anges et tous les saints, nous te chantons:

PRIERE EUCHARISTIQUE

Sanctus : Messe du Peuple de Dieu

Anamnèse : Messe du Peuple de Dieu

NOTRE PERE :  

Tournons-nous avec confiance vers notre Père, lui qui nous donne chaque jour le pain dont nous avons besoin pour vivre.

Prière pour la paix : Seigneur Jésus Christ, tu es le Pain vivant descendu du ciel, celui qui te mange vivra par toi. Vois notre faim d’amour et de paix  et comble-nous par ta présence. Toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen.

GESTE DE PAIX :

Nous sommes un même corps, nous qui avons part au même pain. Échangeons entre nous un signe de paix dans la charité du Christ.

AGNEAU DE DIEU:   Messe du Peuple de Dieu

COMMUNION :          

CHANT DE COMMUNION :    Pain pour l’homme

 

PRIERE APRES LA COMMUNION

Que cette participation à la table du Royaume
nous sanctifie, Seigneur notre Dieu,
pour que la communauté chrétienne trouve toute sa cohésion
dans le corps et le sang de ton Christ.

Lui qui règne avec Toi pour les siècles des siècles. Amen.

ANNONCES :   

  • Le nouveau bulletin de la paroisse est paru : vous pouvez vous servir dans les présentoirs de l’église. Vous y trouverez également les enveloppes du denier de l’Eglise.
  • Les permanences d’accueil au presbytère reprennent, uniquement les matins, de 10h00 à 11h30, un jour sur deux : mardi, jeudi et samedi.
  • Il n’y aura pas de messe en semaine, ni à la Vicairerie, ni à Bongarant, jusqu’en septembre.
  • Appel à la solidarité avec Orvault :

Le pôle solidarité de la paroisse d’Orvault a fait appel à la commission solidarité de Sautron pour une action de collecte alimentaire et de produits d’hygiène.

Depuis le début de la pandémie, 205 familles sont aidées sur Orvault ce qui représente environ 800 personnes.

184 donneurs participent à cette action, dont des paroissiens Sautronnais.

Les besoins sont :

Conserves en tout genre, pâte, riz, semoule de couscous, sauces (style sauce tomate), farine, lait, couches pour bébé (du nourrisson à trois ans) et aussi de l’argent liquide pour pouvoir répondre rapidement à une demande spécifique.

Permanences au presbytère pour les dons :

  • Lundi 22 juin de 16h30 à 18h00
  • Mercredi 24 juin de 16h30 à 18h00
  • Samedi 27 juin de 10h00 à 11h30

Lors de la dernière collecte en mai : deux coffres de voiture de denrées en tous genres et 300 euros en espèces ont été donnés.

Merci à tous pour votre participation.

 

BENEDICTION et ENVOI

Dieu très bon, toi qui nous as partagé la Parole et le Pain, daigne envoyer ton Esprit. Qu’il fasse de tes fidèles le Peuple du partage, messager de paix et d’amour.

Et que Dieu tout-puissant vous bénisse…

Allez dans la paix du Christ !

Nous rendons grâce à Dieu !

CHANT FINAL :   Laudate dominum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *